La Flandre va-t-elle enfin sévir contre les déchets sauvages ? 

by Chloe Schwizgebel | 28 novembre 2022

Knack publiceerde dit opiniestuk op 19 november 2022

La ville d’Anvers a annoncé cette semaine qu’elle ne participerait plus au projet « The Click » de Fost Plus. Il s’agissait de scanner des déchets sauvages ainsi qu’un code QR sur une poubelle publique pour obtenir une monnaie virtuelle, le ‘U-coin’, qui peuvent être échangés dans quelques points de vente. L’évaluation faite par la ville d’Anvers est négative. D’une part, les coûts ont été pris en charge par la ville. D’autres part, en moyenne, il n’y a eu qu’un seul clic tous les deux jours par poubelle. La quantité de déchets dans les rues est restée la même. 

Anvers a raison d’y mettre un terme. Il est insensé d’investir du temps et de l’énergie dans des politiques d’allumage qui ne produisent aucun résultat. Le sort du Click est symptomatique des politiques menées ces dernières années. Fost Plus a fait des tests et des « bonnes petites idées  » avec le Click, a envoyé Mooimakers dans les rues et a collé des affiches. Mais l’objectif de réduire de 20 % les déchets d’ici à 2022 est loin d’être atteint. Dans son rapport Zwerfvuil en Sluikstort 2021, OVAM a encore compté 18 millions de kilos de déchets sauvages en Flandre en 2021. Ainsi, après six ans, l’industrie et Fost Plus n’ont pas réussi à atteindre la réduction structurelle prévue par le Plan d’application sur les déchets 2016-2022, l’Accord sur les emballages 2018 et l’Accord de coalition 2019-2024 du gouvernement flamand.  

La ministre flamande de l’environnement Zuhal Demir (N-VA) en conclut logiquement que la consigne est inéluctable. Elle souhaite obtenir une décision du gouvernement flamand avant la fin de l’année afin que la consigne puisse être opérationnelle d’ici 2025. Le CD&V, partenaire de la coalition, ainsi que les partis d’opposition Vooruit et Groen sont depuis longtemps des partisans. Au Parlement wallon, le souhait d’avancer vers la consigne est aussi présent. Même le premier ministre fédéral Alexander De Croo (Open VLD) a exprimé son soutien à la consigne sur RTBF cette semaine. En effet, la lutte contre les déchets sauvages nécessite une approche plus efficace et dont l’impact est prouvé. Ce qui ne fonctionne pas, nous y mettons fin. Ce qui fonctionne bien, nous le mettons en œuvre. C’est donc une bonne chose que la ville d’Anvers arrête Le Click. Et que les gouvernements flamand, bruxellois et wallon prennent des mesures en faveur de la consigne. 

Scan à domicile

Il est donc intéressant de noter que, lorsque la ministre Demir a annoncé qu’elle allait introduire la consigne, Fost Plus a partagé une proposition alternative, similaire au Click : scanner les emballages avec des smartphones. Fost Plus souhaite que les gens soient obligés de scanner les canettes et les bouteilles non seulement dans la rue, mais aussi à la maison avant de les jeter dans le sac bleu. Mais, là encore, le système n’est pas encore au point. La technologie permettant d’imprimer efficacement et à grande vitesse des QR-codes individuels sur des canettes n’existe pas. Fost Plus doit encore faire des années de tests et d’études avant de pouvoir dire si son système peut fonctionner. Un tel système de scan n’existe encore nulle part dans le monde. Aussi, l’échéance de 2025 ne sera jamais respectée.  

En dehors de Fost Plus lui-même, il y a peu d’enthousiasme pour cette idée. Au cours des auditions au Parlement flamand, les députés et les parties prenantes ont soulevé de nombreuses questions sur les possibilités de fraude et de violation de la vie privée avec un tel système de scan. Qu’en est-il de quelqu’un qui scanne dans sa voiture son emballage et une photo du QR-code de son sac bleu, et qui jette quand même la canette par la fenêtre ? Quelles données privées sont nécessaires pour permettre la transaction ? Et que dire des personnes qui ont des difficultés à utiliser un smartphone pour scanner les codes QR sur les canettes et le sac bleu ? Seuls 54 % des résidents de la région flamande disposent de compétences numériques de base. 

Fost Plus est-il vraiment sérieux à propos de ce système de scan ? Ou s’agit-il d’une tactique de retardement cynique ? En tout cas, ce qui est certain, c’est que le système de consigne connu de tous, avec collecte en point de vente pourrait, lui, être opérationnel d’ici 2025. En revanche, personne ne sait si le système de scan de Fost Plus sera efficace, accessible et s’il est technologiquement réalisable. Allons-nous lutter contre les déchets sauvages avec un outil, la consigne, qui montre quotidiennement ses effets positifs dans plus de 40 États ? Ou la Flandre optera-t-elle pour un concept théorique qui n’existe pas encore ? 

Une consigne comme en Europe du Nord

Lors des auditions au Parlement flamand, l’introduction d’un système de consigne où les gens récupèrent leur consigne au supermarché, comme cela existe déjà pour les bouteilles de bière, par exemple, a reçu un large soutien. Les experts d’OVAM ont souligné que le système de consigne devait être simple, facile, convivial et accessible. L’Association des villes et municipalités flamandes (VVSG) a expliqué que c’est le rôle du secteur de la distribution de mettre en place la collecte dans les supermarchés et autres points de vente. L’intention ne peut être d’utiliser l’espace public à cette fin. L’OVAM propose un cadre minimum avec l’obligation pour les moyennes et grandes surfaces de vente de boissons alcoolisées de plus de 400 m2 de surface de vente nette de faire office de canaux de collecte. 

Les plus de 200 municipalités flamandes et plus de 100 municipalités wallonnes réunies au sein de l’Alliance pour la Consigne attendent un système de consigne qui, avec la collecte via les supermarchés, empêchera réellement les canettes et les bouteilles de finir dans les déchets sauvages. C’est également le souhait de 80 % des Belges qui souhaitent une consigne. Nous pouvons donc espérer que les ministres Demir, Maron et Tellier, avec le soutien de leurs parlements, mettront en place un système de consigne solide et efficace. 

La Belgique a pris du retard dans l’introduction de la consigne sur les canettes et les bouteilles en plastique. Quatorze pays européens nous ont précédés. La Grèce, la Hongrie, le Royaume-Uni, l’Autriche, le Portugal, la Roumanie, l’Irlande du Nord et la Turquie déploieront une consigne d’ici 2025. Mais nous pouvons aussi tirer partie de notre retard. En tirant les leçons des expériences étrangères, nous pouvons créer le meilleur système de consigne en Europe. Une Flandre belle et propre est à portée de main. 

Tom Zoete et Chloé Schwizgebel

Recycling Netwerk Benelux

 

Balises associées

Plus d‘articles sur ce sujet